dimanche 25 février 2018

Ré-ouverture !

Et si je reprenais mon blog ?

Si je rouvrais le Zocalo ?

Bonne idée tiens. Il est même pas 9h30 un dimanche matin, je viens de finir mon grand café noir et voila que l’idée me titille après la lecture d’un article (consacré à des avocats et des millenials) me rappelant la colère que j’ai ressentie cette semaine à la suite d’un éditorial totalement inepte et vide. Colère due en grande partie par le fait que cet édito est celui de la revue du cinéma dans lequel je travaille.

Colère face à cet étalage de mot dont le sens final est proche du néant. Comment peut-on autant écrire pour ne rien dire me suis-je dis ? Surtout dans le cadre d’une revue offrant beaucoup de liberté. Un tel zéro absolu d’opinion a rallumé ma flamme d’écriture.

Donc oui je vais rouvrir le Zocalo mais on va un peu changer les règles. J’ai arrêter d’écrire au Daily Mars parce que je n’avais plus d’envie et d’énergie et que la routine s’installait trop à mon goût, envahissant le temps que j’aurais voulu consacrer aux lectures, écoutes et visionnages qui m’intéressaient. Devoir lire la dernière merde de Glénat Comics puis en écrire un texte sans trop dire à quel point cet éditeur me désespère au lieu de me plonger dans le livre de ma copine Nelly Chaddour c’est bien chiant.

L’envie d’écrire s’est émoussée un temps mais reviens sous une autre forme, on verra ce que cela donnera tout comme on verra ce que deviendront les autres projets qui me titillent. Finiront-ils dans le désert des regrets perdus ou bien arriveront-ils au sommet de la montage du destin ?

Du coup, je donne un coup de peinture, je refais un peu la déco et je lève la grille de la boutique. Par contre je vais prévenir personne. Pas partage d’article sur les réseaux sociaux, aucune promo de ma part. Rien, nada, zip… Ce qui ne veut pas dire que je vais me cacher, je vais ré-actualiser mon profil et mettre à jour mon CV. Pas de masque, je reste juste dans mon coin.

Je vais poser mon cul peinard sur le fauteuil derrière le comptoir et attendre qu’un ou deux quidams se perdent dans cette petite rue et rentrent dans la boutique pour voir ce que je propose. Il n’y aura pas grand-chose sûrement car je ne sais pas si je vais alimenter les rayons souvent. Et puis je ne sais pas si j’ai vraiment envie de parler du dernier film que j’ai vu ou du dernier livre qui m’a plu. Peut-être vais-je parler de moi, de mes idées, mes colères ou amours. Faire un #mylife sur un blog tiens. Le truc novateur en somme. Ou alors ça sera peut-être un labo d’idée ou une manière simple de garder la forme (voire de l’améliorer) quand à l’écriture. Un champs d’entraînement, un lieu secret et reculée tel la salle du temps dans Dragon Ball où j’essaierais des choses quitte à me planter.

Peut-être que ça évoluera avec le temps, que j’en ferais alors la promo et qu’il me servira de support pour parler de mes autres projets. Ou peut-être que ça ne sera juste que le témoignage d’une époque de la même manière que mon cahier intime dans lequel j’apposais mes états d’âmes fut le reflet de ma personne et une aide pour vaincre mes peurs multiples après la mort de ma mère. Pour le moment je n’en sais rien et cette absence de condition est rafraîchissante et libératrice.

Bienvenu à toi, inconnu qui t’es perdu dans cet antre. Je ne sais pas si tu y trouveras grand-chose mais fais toi plaisir. Assis-toi dans un des fauteuil de la boutique, prend un café ou une binouze et repose toi. Coucou à toi connaissance, camarade ou ami·e. Je ne sais pas si tu découvriras plus que ce que je montre ailleurs mais je suis content de te voir



PS : Alors que je suis en train de mettre en forme le texte pour la publication, je me rend compte que mon envie de ré-ouvrir Le Zocalo (et par extension d’écrire) correspond avec le retour de Frasier à la radio dans la série du même nom que je suis en train de visionner. Coïncidence amusante mais peut-être pas si étonnante que cela.

dimanche 8 septembre 2013

Contes de Chevet 2012 - 24/06/12








Livre très intéressant. Formellement Astier et Rollin ayant une belle plume ainsi qu'une grande complicitée, leurs échanges sont très agréables à lire. Partageant beaucoup d'idées similaires (quand à notre système éducatifs notamment) que les deux loustic je ne peux qu'être passionné par le propos et son développement. Par delà l'échange on en découvre plus sur les deux hommes, leur passés, leurs rapports vis à vis de leurs parents et leurs origines. Se pose également leurs responsabilité vis à vis de leurs oeuvres. Passionnant

La Dernière Séance 2012 - 18/12/12








Découvert ce jour. Un film magnifique, une déclaration d'amour sans bornes au cinéma de la part d'un grand conteur.